?

Picotements ... Chatouillements ... Electricité ... Statique .... Fourmis ... Chaleur ... Circulation ... Sanguine ... Battements ... Bout des doigts.

Mon corps se réveille. Des milliers de petites lucioles scintillent à l’intérieur de mes bras. La machine redémarre. Une mini centrale nucléaire poursuit son programme, ses expériences là, en dessous. Sous ma peau. Ca vibre. Je fais bugger des engins. Je détraque les trucs. Toute la machine redémarre.


 

Non, je ne boudais pas mon plaisir. Juste besoin d’inspirer de la vie pour déclencher mon inspiration. Qui n’est toujours pas là. Rien à foutre. Au diable l’inspiration !


 

Alors que nous étions le plus souvent ensemble face à l’adversité avec wondermam, c’est P qui m’accompagnait au temple ce jour là. Service sénologie. Mais oui, le service qui regroupe toutes les femmes dans le même panier : mammographies, échographies mammaires, biopsies, macrobiopsies ... Bref, un vaste programme de réjouissances. Service quasiment inconnu du genre masculin à quelques exceptions près.


 

Ok, principes de base plus ou moins intégrés. Maintenant on peut commencer à s’amuser. Un vrai luxe :

- « Ce soir, pour sortir, je mets mes nichons ! »

Ou alors :

- « Aujourd’hui, dos nu, donc par de soutif ! »

La fête quoi !

 


 

Traduction : Et après ?? 

Et après, que dire ? Com d’hab’ en fait. Plein de choses quand on y pense. Calme paisible et trouble embrumé me traversent en alternance comme le courant électrique et se font parfois des cours circuits. Faut bien faire ses premiers pas. Ne pas tomber dans le premier piège tendu. Pièges à éviter :


 

En direct d’ici, quelques heures avant le jour J. Le jour où ma vie d’amazone des temps modernes va officiellement débuter.

Ca y est. J’ai enfin compris le fin mot de l’histoire du TEP / PET Scan ... En réalité, je dois l’avouer, j’ai simplement pris 2 secondes pour chercher sur internet, chose que je n’avais pas faite avant pour la bonne raison que je me méfie de tout ce que le net peut m’apprendre concernant de près ou de loin ma pathologie. Bref, définition de santé magazine : « Le PET scan ou TEP en français pour Tomographie à émission de Positons est un procédé d'imagerie médicale dont le but est d'étudier l'activité d'un organe. » Ca donne envie non ? Je sais, je suis une petite veinarde.


 

Putain de bordel de merde... Mille millions de milles sabords ... Citerne d’oignon rouge moisis ... Ahhhhhhhhhhhh .... La petite histoire ne s’arrête pas là. Première étape terminée, ça c’est fait. Ouai !!!! NON, on fait pas encore la fête. Ca continue. Faut rester dans le rythme. NON. On ne s’assied pas sur ses acquis. Ni sur une chaise. Ni dans un canapé moelleux. NON. On reste debout et on avance. Double effet contradictoire et schizophrénique de relâchement et de tension.

Egarés dans les limbes de mon esprit, ils restent là, ils stagnent. Encore sur leur fauteuil, ils me parlent encore. Je croise des histoires. Des visages et des histoires. Les histoires des passants. Chacun la sienne. Tellement unique, tellement singulière, tellement intime. Je me repasse la séquence. Les passants entrent dans la danse.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temple des soins anti-cancer est devenu un royaume, un empire. Toutes les 3 semaines, je pénètre dans ses bureaux, je patiente dans ses salles d’attente, j’arpente ses couloirs, je discute avec ses occupants. Mon nom est inscrit dans son registre monumental. Toutes les 3 semaines, ils m’attendent, là-bas. Il devient mon temple toute les 3 semaines.  


 

Certains matins, quand je me regarde dans mon miroir, toujours très satisfaite de la mine « healthy » que j’arbore, une question surgit des méandres de mon esprit embrumé : Qu’est-ce que je vais bien pouvoir mettre sur la tête ?


 

 

 

 


 

 

Je profite de la journée de la femme très proche et de mon actualité personnelle : certaines métamorphoses corporelles, pour m’interroger. Qu’est-ce que la féminité ?


 

 

Je m’é ... Je m’es ... Je m’essouffle. Je m’essouffle. Pas. Je m’essouffle pas. Mes pas se suivent, laborieux, emmêlés. Les mots viennent à manquer. Dans la tempête, les récits jaillissent comme de l’écume.

 


Une respiration. De l’air pur en perspective. Loin là-bas devant, la lumière n’est encore qu’un petit cercle marquant la fin du tunnel.

 


 

 

Pour l’occasion, P m’a dédié une chanson adéquate que je ne manquerais pas de vous faire partager.

 


 

 

            - “Le pire dans tout ça, c’est que pendant un an on peut même pas se prendre une cuite!”

Voilà une parole sage. J’ai acquiescé sans hésitation. La scène s’est déroulée dans la sale de chimiothérapie. Oui, passons dans l’envers du décor, là où personne n’a envie d’aller. Démystifions tout ça.

 


 

Habituellement, je n’aime pas les dictons, pourtant, il faut avouer que par moment, ils transmettent une vérité. Aujourd’hui, nouveau dicton : On a toujours besoin d’une cancéreuse à portée de main. Ca aide en effet. Les gens deviennent beaucoup plus bienveillants et compréhensifs. Même les garagistes... Comme quoi la solidarité n’est pas qu’une utopie.

 


 

Vu l’actualité qui ne semble pas s’améliorer, le temps est venu de se poser des questions de fond : Musulman ou français ? Modéré ou radical ? De gauche ou de droite ? Fromage ou dessert ? String ou shorty ? Cigale ou fourmi ? Sein droit ou sein gauche ? Les deux mon capitaine ! Bref, je pourrais poursuivre cette succulente énumération pendant un temps certain mais je vous en laisse un peu. Une dernière quand même qui me concerne : Corse ou française ?


 

Un rassemblement « historique » face à l’innommable. Les Unes aujourd’hui dévoilent à l’unisson les chiffres : environ trois millions de français dans les rues dans l’ensemble du territoire, les images de fleuves humains, les témoignages de citoyens outrés, mobilisés, fiers de leur pays. Fiers d’être français. La France a redoré son blason, rappelé son histoire et ses valeurs, l’ombre des lumières : Voltaire en particulier s’est penché sur cette journée. Une kyrielle de chefs d’états ont tenu à être présents pour l’occasion, à venir témoigner leur soutien. Benyamin Netanyahou à quelques mètres à peine de Mahmoud Abbas circulait place de la république. Les Arabes et les juifs ont communié ensemble. La Marseillaise est ressortie de son tiroir poussiéreux. C’est beau, bravo. Mais comment y croire ?


 

 

Deux jours pour parvenir à écrire de nouveau. C’est la première fois depuis le début de mon aventure qu’autre chose prend la première place dans mon esprit. Une forme inédite de chaos, un autre. Face à cet évènement, me voilà, avec des milliers d’autres, traumatisée, immensément triste et en proie à une colère sourde. Il est surprenant de s’apercevoir dans de telles circonstances l’attachement que l’on éprouve pour des personnes, des symboles, des idées à un point qu’on ne soupçonnait même pas. Je découvre maintenant à quel point la présence de Charlie Hebdo et l’existence de tels hommes était importante dans notre paysage médiatique, culturel et humain.


 

Ca y est. Elle est née. La guerrière qui vit en moi, sous ma peau. Celle dont j’avais toujours soupçonné l’existence a maintenant fait surface : Xena est apparue.

La voilà. Une amazone des temps modernes. Amazone signifie en grec ancien « celles qui n’ont pas de seins ». Ca pose le décor. Les amazones étaient un peuple de guerrières filles d’Ares et de la nymphe Harmonia. Ares étant le dieu de la guerre et des guerriers dans cette même mythologie grecque. La nymphe Harmonia, quant à elle, reçut des tas de présents pour son mariage avec Cadmos en compagnie de toute la ribambelle de Dieux qui ensuite changèrent les époux en serpents.


 

 Que de nouveautés. Pour commencer, une nouvelle année.

- « Bonne année. Et la santé surtout ! »

Voici la phrase du moment. Entendue exactement 24 fois en 2 jours et c’est pas fini.

La nouvelle année donc, mais pas uniquement. Ce qui est bien dans ce genre de circonstance, c’est qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer. Automatiquement, les évènements, petits ou grands, s’enchainent comme des perles sur un collier. Donc, parmi les dernières découvertes en matière d’activités parallèles : l’acupuncture auriculaire. Une dame charmante, l’oeil pétillant, anesthésiste à l’origine s’est reconvertie en sorcière de l’oreille. Saviez-vous que notre oreille cache bien des mystères ?


 

Branle-bas de combat. La chute de l’empire des globules blancs est survenue. Trompettes, soldats au garde à vous, bataillons de choc. Un moment de vulnérabilité face aux éléments. Prises de sangs, antibiotiques, injection de produits dopants genre EPO, oui, celui qui est utilisé par les cyclistes, enfin la même famille. Mais pas à l’insu de mon plein gré. J’y ai eu droit. Dans 2 jours je vais pouvoir faire le tour du canton à la course et remporter les JO. Comment dormir après une piqure d’EPO ? C’est comme pour le recadrage des chakras, on ne dort pas... On regarde des films, on lit un bouquin ... Bref, la même histoire au même endroit. Donc à présent, je suis une dopée. Ca redonne des couleurs.

Quand je m’en suis aperçu, en réalité je ne m’en suis justement pas aperçu. Un peu fatiguée mais si je devais m’arrêter à chaque petit coup de barre ... Non, restons raisonnable. Tour à tour biologiste et médecin ont sonné l’alarme, la corne de brume, le son du cor.

 

J’ai toujours eu de la chance et je le pense d’autant plus en ce moment. Pourquoi ? Ca, je le garde pour plus tard. Une des plus grandes chances actuellement : je suis bien entourée. Bien entourée c’est à dire entourée de gens que j’aime et qui m’aiment, présents et attentifs sans être étouffants. Mais surtout des gens qui ne m’angoissent pas. Chose relativement rare par les temps qui courent.

A dire vrai, je suis tout de même un peu goûté au ton dramatique et aux voix remplies de pathos jusqu’à la moelle. Bon, d’accord je veux bien qu’on se laisse, sur le moment, envahir par le choc, d’ailleurs je n’en veux à personne. L’essentiel étant que ça ne dure pas.

Mais j’ai eu, d’ores et déjà l’occasion de découvrir un phénomène beaucoup plus surprenant. Certaines personnes ont l’air de penser que je suis subitement devenue oncologue spécialiste des tumeurs en tout genre et en particulier au sein, bien sûr. Etonnant non ?


 

 

Finalement je l’ai senti. Le Reiki. Ca fonctionne. A force de m’avoir recentrer les chakras, hier soir, c’était la forme. Préventions et mises en garde contre la fatigue pleuvent par les temps qui courent. Mais que faire quand on est en forme ? Voilà la question que je me suis posée hier à 1h30 du mat’. Et surtout, que faire quand on est en forme en pleine nuit à Prunete, dans la plaine orientale en Corse. Vaste question pour une réponse sans appel. Rien.

Qui dit énergie retrouvée dit caractère intact. Je commençai donc à fulminer. Non pas à hurler de désespoir ou à crier à l’injustice, pas mon genre. Non, à râler de ne pas pouvoir sortir dans un bar, me souler. Voilà, maintenant je suis là dans mon lit, j’ai pas sommeil, j’ai 32 ans et je suis obligée de m’occuper de moi toute la sainte journée.


 

Aujourd’hui, nouvelle expérience. Une séance de reiki privée au domicile de M, yogi de son état, sur sa table à massage. Apparemment j’en avais bien besoin... Une technique japonaise d’harmonisation des énergies. C’est tout ce que je sais. De plus, je ne me sens pas spécialement connectée à l’esprit des chakras mais, dans ma phase actuelle d’ouverture au monde, j’essaie. Petite musique adéquate et idéalement molle.

Une séance qui s’est donc avérée très productive, si l’on peut dire, d’après M.

Première partie sur le dos après une séance de relaxation basée sur la reeespiration. Un voyage intersidéral paupières closes avec quand même une conscience de plus en plus présente que ma vessie se remplissait chaque seconde davantage, histoire de ne pas quitter la terre…



 

La première étape de mon voyage : Paris. Non, très exactement, Bondy...
Charmante petite bourgade coquette à une vingtaine de kilomètres de Paris. Une zone industrielle de 46 829 habitants.
D’ailleurs les alentours sont tellement animés que les gens viennent se retrouver dans la cafet’ de l’hôpital le matin.
Rendez-vous à 7h30 c’est à dire en pleine nuit car le soleil ne se lève pas avant 8h voir 8h30...

 


 

 

L’oeil du cyclone s’éloigne progressivement laissant derrière lui une impression de chaos, un désir ardent, un concentré de vie.

Cellules biopsies mastectomies mammographies oncologues chimiothérapie dossier de sécu arrêts de travail prothèse capillaire beauté ? Esthéticienne chirurgie radiothérapie médicaments prescriptions ordonnances médecin traitant ? Tumeur soins diététicienne cellule souche, ça ça fait peur, analyses rendez-vous règles ovaires bilan sanguin bilan hormonal re-mammographie macro biopsie site implantable sous cutané anesthésie écho onco pathologie imagerie radiographie dossier affection longue durée hôpital coordinatrice de soins...